Évoluer grâce aux Niveaux Logiques

Niveaux Logiques

Lorsque nous avons des difficultés à résoudre nos problèmes ou à évoluer, nous ne nous attaquons pas au bon niveau logique. Ci-après ces Niveaux Logiques et comment nous allons pouvoir les utiliser de la façon la plus efficiente.

Niveaux logiques

Niveaux Logiques
Niveaux Logiques

Il est nécessaire de comprendre les niveaux logiques avant de pouvoir les utiliser avec toute leur puissance. Ces niveaux logiques sont en quelque sorte des niveaux de conceptualisation. Par exemple quand je parle de ma voiture, de ma Clio par exemple, le niveau logique dans lequel je m’exprime n’est pas celui des « voitures » en général. Quand je dis « les voitures », je pense « parc automobile ». Dans cet exemple, j’ai ma propre voiture, ma Clio. Elle peut nécessiter qu’on y remette du carburant. Par contre, quand je parle de LA Clio, ou des Clio, il n’est pas question pour moi de remettre du carburant dans chacune des Clio, sachant qu’à part une, les autres ne m’appartiennent pas.

Maintenant, quand nous voulons nous améliorer sur un sujet, ou améliorer quelque chose, ce genre de considération est utilisable. Une amélioration peut se faire à son propre niveau. Si une amélioration se fait à un niveau « supérieur », cela est plus puissant. En effet, une seule action peut amener l’amélioration de beaucoup de sujets « subalternes ». Je mets supérieur et subalterne entre guillemets car il n’y a pas nécessairement de notion de supériorité dans ces niveaux de conceptualisation. Ces niveaux logiques.

Robert Dilts a identifié dans notre existence propre les niveaux suivants :

  1. L’Environnement
  2. Le Comportement
  3. Les Capacités
  4. Les Croyances et les Valeurs
  5. L’identité
  6. Le but

 

L’environnement

Il s’agit de notre environnement physique et aussi humain. C’est notre cadre de vie. Nos murs, leurs couleurs par exemple. Ou encore l’agencement de notre logement ou de notre bureau. Il peut aussi s’agir de nos voisins ou de toute personne que nous côtoyons. Nous comprenons bien qu’il s’agit principalement de sujets relatifs à nos contacts avec l’extérieur de nous mêmes. Ils sont fréquemment associés à des des contraintes. Ils sont identifiables en répondant aux questions du « quand », du « où » et de « avec qui ». Ce qui concerne les premiers niveaux logiques sont les plus faciles à faire évoluer. Pour changer quelque chose à son environnement, il « suffit » d’agir. Et justement, agir fait partie du niveau logique suivant : Le comportement.

Le comportement

Il s’agit d’actions, de nos actions au sein de l’environnement. C’est par exemple, repeindre ses murs. Se lever plus tôt. Parlementer avec les voisins. Il s’agit de répondre à la question du « quoi », voire du « quoi faire ». Bien évidemment, pour repeindre ses murs ou parlementer avec quiconque, il faut avoir quelques petites compétences. Et puis voilà donc, nous montons d’un niveau : Les capacités.

Les capacités

Ce sont les réponses aux « comment ». Il s’agit bel et bien de compétences et de savoir. Comment allons nous faire si nous ne savons pas comment faire ? Il nous faut avoir ces compétences, ces savoir et des moyens. Sachant que ce dont il est question ici, ce sont principalement de moyens psychologiques, intellectuels et d’énergie individuelle. De motivation quoi ! Comme disait ma Mère, « quand on veut, on peut « . Oui, bien sûr 😉 mais peut-on vraiment ? Est ce que raisonnablement, je peux ? Et puis effectivement, est-ce que je veux ? Ces questions nous amènent au niveau suivant : Les croyances et les valeurs.

Les croyances et les valeurs

Penses tu que l’on puisse courir 42 kilomètres ? C’est la distance du Marathon de Paris. Penses-tu que tu peux terminer le Marathon de Paris ? Que tu peux le gagner ? Les réponses à ce genre de questions sont nos croyances. Des croyances, nous en avons à la pelle. Certaines nous aident à atteindre nos objectifs, d’autres non. Celles qui ne sous servent pas à réussir sont appelées des croyances limitantes. Nous devons les identifier et les remplacer par d’autres qui sont positives, qui contribuent à notre succès et réussite.

L’identité

C’est la réponse à « qui suis-je ? ». La réponse à cette question peut paraître évidente. Pourtant en fonction des circonstances, la réponse peut être différente. Nous pouvons répondre « Je suis Pierre Martin » par exemple. Souvent, nous répondrions plutôt, « Je suis Pierre Martin, plombier ». Ou encore, « je suis la Maman du petit Alexandre Duval ». Ou encore, « je suis un avocat ». Ou encore, « je suis Le Président »… Bien entendu, en fonction du moment et d’avec qui nous sommes notre réponse peut être différente. Pas besoin de faire une dessin 😉 . De mon expérience, chacun de nous a en quelque sorte plusieurs identités ou rôles. Sauf que dans le lot, il y en a un qui est plus fréquent, ou plus important que les autres. Pour certains, il est surement plus important de dire « Je suis Martin Bouygues » que « je suis Pierre Martin ». Pour d’autres il est plus important de dire « je suis la Maman du petit Alexandre Duval » que « je suis Sophie Duval » ou encore que « je suis l’agente à l’accueil de la Sécurité Sociale de Paris XVI ». Et enfin une réponse très importante que je me donne quand je suis sel à seul avec moi-même et que je me pose cette question « qui suis-je ? ». Peux tu te poser à toi même en toute intimité cette question aussi ? Quelle est ta réponse ? Gardes la pour toi et saches qu’elle est très importante. Capitale.

Le but

Il s’agit de ton but le plus important. De la mission que tu sens être la tienne. La mission de ta vie en quelque sorte. Qu’est ce que tu veux faire de ta vie ? Quelle est ta mission sur cette terre, ou dans cet univers ? Pour qui fais-tu cette mission ? Qui en est bénéficiaire ? Les réponses à ce genre de questions t’ouvre l’univers de la spiritualité. Aussi de ton appartenance à un groupe donné. A une communauté. Et quand je dis communauté et spiritualité, tes réponses, tu le sais bien ne se limiteront pas au seul univers de la religion ou de la communauté ethnique. Les réponses sont multiples. Il y en a peut être sept milliards sur cette terre. Autant que de terriens.

La carte n’est pas le territoire

Niveaux Logiques
Niveaux Logiques

Cette affirmation me permet d’illustrer le fait que la représentation graphique de ces niveaux logiques dépend des uns et des autres. Certains les présentent de façon pyramidale, un peu comme la pyramide de Maslow. Cela laisse à supposer que certains niveaux logiques sont supérieurs aux autres. D’autres les représentent en disques concentriques, dont les plus petits sont « le but » et « l’identité ». Cela s’explique par le fait que l’environnement nous est périphérique, extérieur donc et que notre identité est tout à fait au plus profond de nous mêmes, de notre cerveau, de notre âme. Il est même possible de les représenter en pyramide inversée, ou encore de présenter les disques dans l’autre sens. C’est à dire que le plus grand disque est notre but ou mission, s’ensuit notre identité et de proche en proche, nous arrivons vers notre environnement. Ceci est aussi compréhensible car dans notre mental, la mission inclut notre identité, qui inclut les autres niveaux jusqu’au plus « petit », notre environnement. Encore une fois, comme la carte n’est pas le territoire, chacun aura une représentation illustrative de la chose tout à fait personnelle.

Résoudre par le niveau supérieur

La nécessité d’effectuer une modification ou une évolution à un niveau donné peut bien entendu être fait à ce même niveau. Il est néanmoins plus efficace de faire l’évolution au niveau directement supérieur. Ceci a directement un effet d’alignement sur le niveau inférieur et peut résoudre de nombreux problèmes au niveau inférieur. En vérité, quand nous avons des problèmes, des insatisfactions, c’est que l’ensemble n’est pas aligné. Conclusion, il faut aligner l’ensemble à partir du haut. Et avant çà, « remonter » les problèmes vers le plus haut possible, puis décider ce qui doit être fait à ce niveau supérieur, puis aligner avec facilité en descendant.