Derniers éléments de l’enquête

« Voici les derniers éléments de l’enquête », c’est souvent la promesse qui nous est faite sur les sites Internet d’information. Quand nous cliquons sur ce site d’information, souvent nous sommes déçus. En effet, ce que je constate c’est qu’il n’y a pas d’informations supplémentaires. Pas d’informations en plus de ce que l’on ne sait déjà. Moi non plus je ne vais pas déroger à la règle. Et je ne vais même pas parler d’une enquête particulière. Même si au jour d’aujourd’hui, il y a au moins une enquête chaude en cours, et il y a eu peut-être un mois de çà il y a eu une autre enquête.

Donc si tu le souhaites, tu peux tout de suite laisser tomber ce site ci, cet article ci et passer à autre chose. Si tu restes, (merci !) je te propose d’aborder le sujet en prenant un peu de hauteur. Nous allons analyser ensemble, nous allons enquêter ensemble sur ce que font les autres sites sur le sujet. En réalité, les sites en question ne font que réchauffer le plat qui nous a déjà été servi. Le plat nous a déjà été servi, parce que l’on a déjà vu en ligne ou plutôt à la télévision toute les informations qui étaient disponibles. Le procureur a dit ceci ou cela, le commandant de gendarmerie a dit ceci ou cela, ou le syndicaliste de la police a dit ceci ou cela. Peu importe l’origine des informations, sachant que c’est extrêmement bizarre à chaque fois l’origine de ces informations, ce qui est important c’est que ces informations ont été données à un moment donné, et que l’on constate que pour se faire du trafic, les sites d’information reprennent le plat, en font un résumé, dit exactement la même chose que ce que l’on sait déjà, et n’apporte pas une information supplémentaire. Mais quoi qu’il en soit, nous avons été appâtés, et nous avons lu les vidéos dans l’espoir de d’avoir une information nouvelle, et oh déception, nous n’avons rien de plus.

Après avoir lu avec déception l’article en question, nous restons sur notre faim. En réalité, chacun de nous a l’intuition, la conviction profonde concernant l’identité du coupable. Il nous est quelque part facile de le deviner, mais la justice, ou la gendarmerie, ou la police n’arrive pas à avoir des preuves irréfutables. De ce fait, il n’est pas facile, il ne leur est pas possible de désigner le coupable, et de l’arrêté.

Alors, nous compatissons à la douleur des familles et des proches de la victime. Oui, c’est ce qui nous reste quelque part. Nous compatissons parce que effectivement justice n’a pas été faite. Quand, dans le cas d’un meurtre par exemple, le corps a été retrouvé, nous pourrions nous dire la famille doit se consoler. En réalité, la famille souhaite que la justice trouve le coupable. Les gens ils disent, ça nous permettra de faire notre deuil. Oui effectivement ça leur permettra de faire leur deuil, ça leur permettra surtout de se consoler. De se consoler de deux choses.

  1. La première est que le coupable ait été arrêté. Je pense que là, ça, c’est le sujet le plus important. C’est le sujet le plus important, pour que la famille puisse espérer que le coupable soit puni. Qu’il ait au moins une longue peine de prison, sinon la perpétuité. De nos jours, la peine de mort n’est plus légale, mais la famille aurait quand même voulu quelque part un genre de revanche, de vengeance de ce type. La peine de mort a été abolie en France, parce que l’on sait que parfois il y a des erreurs de justice. La justice peut se tromper, la justice peut être manipulée, alors, nous êtres humains, nous ne pouvons pas prendre la responsabilité de tuer quelqu’un sous prétexte que la justice a considéré qu’il était coupable de meurtre. La justice peut toujours se tromper, alors la peine de mort a été communiée en prison à perpétuité. Jusqu’à la mort du prisonnier, il y a toujours une chance que le procès soit révisé.
  2. La deuxième chose qui est tout aussi importante, est pour tout le monde de savoir que le meurtrier, le délinquant ait été arrêté. Quand le délinquant a été arrêté, nous pouvons pousser un ouf de soulagement. En effet, le délinquant arrêté, nous pouvons nous dire que nous sommes tranquilles. Nous sommes tranquilles parce que il ne va pas faire de nouvelles victimes. Et chacun de nous fait partie de ses victimes potentielles. Donc le danger peut être considéré comme écarté.

Pour conclure tout ça, je dis que je regrette que un certain nombre d’organes d’information, essaient de surfer sur un dossier en cours pour s’attribuer du trafic, des visiteurs. C’est dommage de s’attirer des visiteurs comme çà sans donner d’informations supplémentaires.

En ce qui me concerne, pour me justifier, je ne vous ai promis aucune information supplémentaire sur le dossier qui est en cours actuellement. Ce que je vous ai fait, c’est de participer à votre réflexion sur le sujet, le sujet des « dernières informations concernant l’enquête ».