Pourquoi gagnent-ils autant

Champion du Monde
Champion du Monde

Pourquoi gagnent-il autant ? Réponses qui semblent évidentes et en même temps question tout à fait énigmatique. Nous apprenons que certains PDG gagnent en salaire, quelques millions d’Euros par an. Des sportifs, tout jeunes autant d’argent, si ce n’est plus. Et nous, quelques malheureux milliers d’euros par mois, durement gagnés. Alors, la question mérite d’être posée et que l’on s’y attarde un peu. Car nous aurions bel et bien voulu gagner plus.

Quelqu’un accepte de donner cet argent

Tout d’abord, s’ils gagnent autant c’est que quelqu’un accepte de leur donner ses salaires là. Ou ces revenus, car ce ne sont pas obligatoirement des salaires. Oui, il y a des PDG salariés, mais nous avons aussi nos dentistes ou nos spécialistes médicaux qui touchent des honoraires. Tout comme les avocats d’ailleurs. Alors, si ces gens là touchent autant c’est que une ou plusieurs personnes sont prêtes à le leur donner cet argent là.

Les organisations paient selon des règles

Paris, École Polytechnique
Paris, École Polytechnique

Ce n’est pas une personne unique qui nous paie en général. La notion de patron est erronée. Les seuls patrons, personnes physiques individuelles que nous connaissons, ce sont des artisans ou des professions libérales. Et ceux-là, ne nous donnent pas de salaires mirobolants. En vérité, ceux qui paient bien, comme on dit, ce sont des entreprises. Ou des organisations. C’est à dire un système. Un système humain. Les décisions sont prises de façon collégiale et concertée. Et ces mêmes décisions se font en respect d’un certain nombre de règles. Des règles spécifiques à cette organisation, même si celles ci découlent souvent de règles plus étendues dans la société. Ainsi, les anciens de certaines grandes écoles sont mieux payées que d’autres. En France, les écoles sont plus « rentables » que les universités. Le niveau d’études compte aussi. Tout comme la filière : scientifique ou littéraire. Nous connaissons çà. Mais quoi qu’il en soit, les niveaux de salaire ne sont pas si disparates que çà. Du simple au triple peut-être, mais tout çà, ce ne sont que des salaires normaux. Ils ne sont pas si mirobolants que çà. On est dans la cour des masses laborieuses et de la classe moyenne. La marge de négociation est faible, les écarts aussi.

Les clients paient les professionnels libéraux

Il n’y a pas que les organisations qui paient. Prenons le cas des avocats ou des chirurgiens. Bien sûr, leur cabinet ou leur clinique peuvent leur verser un salaire. Mais ce qu’il y a, c’est que le plus gros de leurs revenus viennent de leur activité libérale. Une activité libérale, c’est une activité qui est rémunérée par un certain nombre de particuliers par exemple. Ce « certain nombre de particuliers » n’est pas une organisation comme je le décrivais précédemment. Une organisation est organisée justement, structurée. Par contre les clients d’un avocat ne sont pas organisés, structurés. La négociation de la rémunération se fait en théorie de à chaque nouveau client. Bien entendu, les artisans, le professionnels libéraux utilisent des grilles d’estimation, voire des tarifs tout faits pour simplifier. Ils gagnent de l’argent en augmentant le nombre de leurs clients. Certains chirurgiens gagnent bien leurs vies, mais sont limités par le nombre de clients qu’ils peuvent servir, ou traiter par jour.

Les grands sportifs payés par leur organisation

Prenons le cas des sportifs. Des grands sportifs. Par exemple, les pilotes de formule 1. Oui, en fonction des performances, ou du talent, le compteur des dizaines, voire des milliers d’Euros de salaire s’emballe. Est-ce seulement les centièmes, voire les millièmes de secondes au tour qui font la différence ? N’y a-t-il pas d’autres qualités, telles que la compréhension de la mécanique, l’art des relations humaines, des relations publiques qui comptent aussi ? Ces sportifs là sont salariés de leur écurie. Et en fait, ils sont salariés d’une organisation. Petite peut-être, mais organisation quand même. Et nous en revenons aux règles. Les règles de l’organisation, les règles du milieu dans lequel se trouve l’organisation.

Connaitre les règles

Tes rêves et ceux de ton Boss
Tes rêves et ceux de ton Boss

Donc, il faut se trouver dans les endroits où les salaires, les rémunérations plutôt devrait-on dire peuvent atteindre de hauts sommets. Simple fonctionnaire à la Poste, tu ne gagneras jamais des richesses. Par contre au sein de la Direction Générale de la Poste, tu peux avoir des chances. La question est alors, comment se retrouver à la Direction Générale de la Poste ? Ceci n’est qu’un exemple mais la question mérite d’être posée. Ensuite, qu’est ce qui fait qu’on est la personne choisie, élue ? Élue pour toucher la plus grosse rémunération ? La question mérite d’être posée et les réponses doivent être étudiées. Car ces réponses là sont spécifiques à chaque cas. Bref, connaître les règles.

Comprendre la chance d’être à la bonne place

Une dernière chose. Peut-on arriver à ces postes là par hasard ou faut-il réellement le vouloir ? Tout d’abord, si on y est arrivé par hasard, on risque aussi d’en être éjecté par hasard. Ce qu’il faut, c’est essayer de bien comprendre quand on y est, comment rester en place. Encore faut-il bien comprendre qu’on est bel et bien sur une bonne place ! Parfois, on y est mais on ne le comprend pas. On ne comprend pas la chance que l’on a d’être à cette place.

La chance et le travail

Souvent aussi, on arrive à cette place à force de slalomer, de crapahuter entre mille et une embûche. Çà peut durer très longtemps. Extrêmement longtemps que parfois on n’y arrive pas  temps. Quand on y arrive par contre, n’est ce pas le paradis ! Je crois que ce qu’il faut, c’est avoir de la chance, bénéficier d’heureux hasard, savoir en profiter, donc y être préparé, et aussi travailler pour contourner la forêt des obstacles et autres labyrinthes. Travailler, c’est acquérir des compétences et agir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *