Radars embarqués, voitures banalisées, chiffres flippants

Des radars embarqués, c’est l’une des bombes de cette semaine. Des chiffres plutôt impressionnants, c’est à dire des centaines de milliers nous sont balancés à la figure par la télé. Pourtant, ces chiffres sont à relativiser. Ce n’est pas la révolution, bien que cela tient du mouvement général du tout répression. Et surtout du tout répression de l’automobiliste vache à lait.

Radars embarqués, Véhicules banalisés

Peugeot 208
Peugeot 208

D’abord qu’apprenons nous ? Qu’il y a eu en une année trois cent mille automobilistes comme toi qui ont été  flashés en une année. 300.000, c’est effectivement un chiffre impressionnant. De plus ces flash sont le fait de véhicules banalisés. Des Méganes et des 208 tout simplement indétectables. Et bientôt, des Berlingo, bref des fourgonnettes de merde quoi ! De plus ces voitures banalisés, quasiment indétectables par les pauvres conducteurs que nous sommes peuvent nous flasher de par derrière ou de par devant. Bref, sans vouloir être grossier, ils peuvent nous avoir à tous les coups. Plus précisément et fourbe encore, ils peuvent nous rattraper et nous flasher. Ils peuvent se laisser dépasser et nous flasher. Ils peuvent aussi nous croiser et nous flasher. Et bien entendu, ils peuvent nous flasher à l’arrêt de façon traditionnelle. Bref, si ils sont sur notre route et qu’on est en dépassement de la limite autorisée, on va se faire avoir.

Chiffres du gendarme de la peur

Citroën Berlingo
Citroën Berlingo

Le but de toute cette communication que j’ai résumé ici est de nous faire peur. Oui, le mobile est la peur du gendarme. Mais regardons un peu les chiffres. Le taux de verbalisation est de 66 % nous indique-t-on avec ce nouveau système, alors qu’il est de 60 % avec les autres radars. Cela signifie qu’il y a eu au bout du compte environ 200.000 verbalisations effectives par ces voitures banalisées. Ensuite, l’on nous dit qu’il y a 99 véhicules. Pourquoi pas 100 d’ailleurs ? Çà fait plus mathématique 99, alors que cent, c’est un chiffre rond. Etant donné qu’en France, nous avons une centaine de départements, je pense qu’il y a un véhicule par département. Je ne vais pas pinailler pour savoir si à La Réunion ou en Martinique ils ont la « chance » d’avoir ce genre de machin. Toujours est-il que dans un département comme les Yvelines, il y a donc un véhicule de ce genre. De même dans un département comme l’Indre et Loire. Bref, dans ton département, il doit y en avoir un. Allez, soyons généreux, deux, mais c’est au détriment d’un autre département bien chanceux alors !

Départements, flashes et chiffres

départements France
départements France

Maintenant, 200.000 verbalisations, chiffre toujours impressionnant n’est ce pas, ont été perpétrés par 100 véhicules. Soit 2.000 verbalisations par véhicule. Putain, je flippe encore ! Tout çà en une année. Soit 2.000 divisé par 365 jours. Car les gendarmes sévissent tous les jours de la semaine, se relayent le weekend et pendant les vacances. Bref, cela nous fait par véhicule, et par département donc 2.000 / 365 = 5,48 flash par jour. Bref, dans ton département, dans tout ton département, en moyenne, il y a eu entre cinq et six pigeons qui se sont fait avoir par ce système aujourd’hui. Six sur des centaines de milliers de pecnots qui étaient dans les bouchons aujourd’hui ? Allez je te laisse respirer un peu. C’est pas la mer à boire, loin de là !

Le danger, si je puis m’exprimer ainsi, ce sont les autres radars. Les chiffres officiels indiquent un taux de verbalisation de 60 %. Cela signifie que quand tu te fais flasher, tu as 40 % de chances de passer à travers les mailles du filet. Soit deux chances sur cinq. En fait, la grosse cavalerie, ce sont toujours les radars fixes. Aujourd’hui, une estimation du nombre de radars fixes est cinq mille. 5.000 radars fixes qui flashent en une année 21 millions de fois, et nous ponctionnent de 12 millions de P.V. par an. Qu’est ce que çà veut dire ? Que les radars fixes flashent 21.000.000 / 300.000 = 70 fois plus que les radars embarqués dans les véhicules banalisés. Bref, le monde n’a pas encore changé. Ce sont toujours les radars fixes qui font, et de loin les contraventions.

Radars automatiques fixes rentables

Radar Automatique
Radar Automatique

En conclusion, que dire de tout çà ? Les radars fixes qui sont sur nos parcours habituels, nous les connaissons déjà. Soit par notre observation, ou parce-qu’on est déjà passé à la casserole. Ce ne sont pas ceux là qui nous ont. Ceux qui nous ont, ce sont ces radars sur des routes qui nous sont inconnues et qui nous prennent par surprise. Ou encore parce-que, bercés ou irrités par le flot, nous faisons un excès involontaire. La gestion de ces choses là nous est connue maintenant. Nous devons apprendre dorénavant la gestion des radars embarqués. Ce phénomène est encore marginal aujourd’hui. Il va s’amplifier un peu, mais il est limité par la nécessité d’avoir du personnel. Oui, il faut un conducteur de la voiture banalisée, alors qu’un radar fixe automatique peut flasher jour et nuit, été comme hiver, jour de semaine et de weekend, et de vacances. Or le personnel coûte cher. Le matériel moins. Si au moins on embauchait les chômeurs pour conduire les véhicules, ce serait déjà une bonne action non ? Triste France du chômage et des contraventions !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *