Dépression : Le chien noir


(Cliquer sur ce lien pour ouvrir une autre fenêtre afin de voir les paroles en Français)

J’ai eu un chien noir, il s’appelait « Dépression ».
A chaque fois qu’il apparaissait,
je me sentais vidé, et ma vie semblait se ralentir.
Il pouvait me rendre des visites surprises pour rien, sans raison.
Ce chien noir me faisait me sentir et paraître plus vieux que je ne l’étais.
Quand le reste du monde semblait apprécier la vie, je ne voyais cette dernière que par le chien noir.
Les activités qui me faisaient d’habitude plaisir, soudainnement ne me plaisaient plus.
Il aimait bien bousiller mon appétit.
J’avais ruiné ma mémoire et ma capacité de concentration.
Faire quoi que ce soit ou aller n’importe où nécessitait une force surhumaine avec le chien noir.
Lors d’occasions sociales, il pouvait aspirer tout ce que je pouvais avoir de confiance en moi.
Et il s’enfuyait avec, comme d’une proie.

Ma plus grande peur était d’être découvert.
J’avais peur que les gens me jugent.
A cause de ma honte et des symptômes que pouvaient me laisser le chien noir,
j’avais constamment peur d’être démasqué.
Ainsi, j’avais mis une grosse quantité d’énergie pour le cacher.
Entretenir un mensonge émotionnel est harassant !
Chien Noir était capable de me faire penser et dire des choses négatives.
Il pouvait me rendre irascible difficile à vivre.
Il pouvait me voler mon amour et enterrer mon intimité.
Il aimait par dessus tout me réveiller en pleine nuit avec de pensées hyper-répétitives et hyper-négatives.
Il aimait aussi me rappeler combien j’allais encore être exténué demain.

Avoir ce Chien Noir dans ta vie n’a aucun rapport avec le fait d’être un peu fatigué, triste ou mélancolique.
C’est pire que d’être dépourvu de toutes ses sensations.
Plus je vieillissais, plus le Chien Noir grandissait.
Et il rodait tout le temps alentour.
J’essayais de le chasser avec tout ce qui pouvait le faire s’enfuir.
Mais contre toute attente, il reprenait le dessus.
Couler était plus facile que se relever de nouveau.

Puis je me suis dit que j’allais me soigner moi-même,
ce qui ne m’a jamais bien aidé.
Finalement, je me sentais totalement isolé de toute chose et de tout le monde.
Le Chien Noir a finalement réussi à me voler totalement ma vie.

Quand tu perds toute joie dans la vie, tu peux commencer à te poser des questions.
Heureusement, ce fut justement le moment où je pensais à chercher une assistance d’un professionnel.
Ce fut mon premier pas vers la guérison et un tournant crucial dans ma vie.

J’ai appris que peu importe qui tu es.
Le Chien Noir contamine des tas et des tas de gens.
C’est un bâtard qui s’attaque à tous sans distinction.

J’ai aussi appris qu’il n’y avait ni d’arme absolue ni de pilule magique.
Les médicaments peuvent aider certains, d’autres peuvent avoir besoin d’une autre approche en complément.
J’ai aussi appris que d’être véritable et authentique avec ses proches,
peut totalement changer les règles du jeu.
Le plus important est que j’ai appris à ne plus avoir peur du Chien Noir,
et je lui ai appris un certain nombre de tours de mon cru.

Plus tu es fatigué et stressé, plus il aboie fort.
C’est pourquoi, il te faut apprendre à calmer ton esprit.
Il est cliniquement prouvé qu’un exercice régulier
peut être un traitement doux aussi efficace contre la dépression que les anti-dépresseurs.

Alors, va marcher ou courir et laisse le clébard traîner derrière.

Ouvres un journal de tes humeurs. Coucher tes pensées sur papier peut te libérer et te permettre d’avoir des pensées perspicaces.
Gardes aussi une trace des choses dont tu est reconnaissant.

La plus importante chose à te souvenir est que peu importe combien çà déconne,
si tu fais les meilleurs pas, parles avec les meilleures personnes,
les jours du Chien Noir peuvent et vont s’arrêter.

Je ne dirais pas que je suis reconnaissant du Chien Noir,
mais il a été un bon enseignant pour moi.
Il m’a forcé à réévaluer et à simplifier ma vie.

J’ai appris que plutôt que de fuir mes problèmes,
il était préférable de les gérer.

Le Chien Noir peut toujours faire partie de ma vie,
mais il ne sera plus jamais la bête qu’il était.

Nous nous comprenons maintenant,
j’ai appris par la connaissance, la patience, la discipline et l’humour,
que l’on pouvait guérir du pire des chiens noirs.

Si tu es en difficultés,
n’aies jamais peur de demander de l’aide.
Il n’y a vraiment aucune honte de faire çà.

La seule honte est de rater ta vie.

Une pensée sur “Dépression : Le chien noir”

  1. J’ai adoré cette vidéo. Je suis moi même victime de cette maladie. Cette vidéo ma complètement bouleversé. Je l’ai montrer à mes proches pour qu’ils comprennent enfin ce que je put ressentir. C’est parfois difficile d’exprimer ce que l’ont ressent. Merci à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *